Hémovis est un laboratoire de mesures hémodynamiques peu commun car il cherche à redonner au shear stress visqueux hémodynamique son rôle essentiel en médecine pour trouver des solutions de qualité dans les diagnostics et les traitements. Notamment nous avons mis au point un nouvel outil adapté pour estimer le shearing hémodynamique avec la viscosité à la paroi de l'écoulement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous vérifions que les théories ou méthodes de mesures et de calcul ne sont pas erronées car à ce sujet, le viscosimètre de Couette ou la loi de Poiseuille, faits pour les cas pratiques et industriels des fluides continus et homogènes dont on connaît la répartition du taux de cisaillement dans l'écoulement, figurent dans tous les traités d'hémodynamique médicale et d'hémorhéologie. Mais cet outil n'a pas de
signification réaliste pour l'écoulement sanguin qui est polyphasique et très hétérogène. On ne peut transposer une mesure de viscosité apparente de Couette ou Poiseuille à un écoulement sanguin.

De même on ne peut mesurer un shear rate vasculaire à l'aide de la formule de Poiseuille car l'écoulement n'est pas parabolique. Aussi, l'effet Döppler souvent utilisé pour des "vitesses moyennes" ne tient pas compte du profil de vitesse sanguin ni des localisations différentes et souvent disparates des différents composants du sang. C'est cependant ce qui est fait dans toutes les publications d'hémorhéologie.

Les modèles de Farhaeus-Lindqvist, Thurston et Tilly, qui sont les "bons" modèles hémodynamiques,

ont montré une évidence contradictoire : le sang étant une suspension, il ne peut suivre les lois

de la mécanique des fluides même s'ils sont non Newtoniens.


En plus, l'étude de l'effet du shearing sur les cellules endothéliales avec des fluides de similitude n'est pas transposable pour le sang. On ne peut voir l'effet de l'écoulement sur l'endothélium que si on a un fluide chargé ou une suspension similaire au sang et non à un fluide.

 

Ce qu'il faut dire pour corriger : l'écoulement bouchon et du manchon plasmatique, la pression, le débit, la taille des vaisseaux et la viscosité hémodynamique forment l'hémodynamique et le shearing sur l'endothélium.


L'utilisation des mauvais outils est une source phénoménale d'incompréhensions hémodynamiques,

cardiovasculaires et hématologiques et empêche une bonne communication entre les disciplines liées  à la santé,

un obstacle à la recherche et l'innovation.

Alexandre de Tilly, responsable scientifique d'Hemovis

© 2020 Hemovis